Les nouveautés pour les cyclistes ont été testées, elles seront pérennisées


Vendredi 29 janvier, 14h15. Malgré une pluie battante, un groupe de cyclistes s’apprête à partir de la place Foch d’Arras. Il va parcourir les aménagements cyclistes provisoires réalisés à la fin du printemps dernier. Objectif : les évaluer. Deux lycéens sont montés en selle avec eux. Ils livrent leurs impressions.

[Article réalisé par deux élèves de terminale option InfoComm au lycée Baudimont d’Arras, avec la participation du service communication de la Communauté Urbaine d’Arras dans le cadre d’un atelier « Semaine de la presse et des médias à l’école. »]

Le vélo en ville n’est pas toujours facile. Pour répondre aux besoins des habitants de se déplacer par ce mode doux, la ville d’Arras et la Communauté Urbaine d’Arras, qui est en charge de la voirie, ont mis en place des aménagements cyclables provisoires au printemps. Des bandes ont ainsi été créées ou élargies, et des voies mixtes bus vélo ont été créées. Un marquage temporaire, en jaune, permet de mieux repérer l’espace cyclable sur la chaussée. Pour mieux identifier les améliorations possibles de ces aménagements, une balade-test était organisée fin janvier.

Au départ de la place de la gare, nos premiers coups de pédale nous emmènent vers le boulevard Carnot puis sur le boulevard Vauban. Des pistes étaient déjà existantes sur les trottoirs. Sur le boulevard Vauban, les bandes cyclables ont été élargies, la distance entre les vélos et les voitures permet la sécurité de tous. De plus, les feux et les panneaux donnent un sens d’organisation rassurant. Entre la majorité des pistes cyclables sur la route et celles sur les trottoirs, nous préférons les pistes en dehors des trottoirs qui limitent les rencontres avec les piétons.

Voies partagées avec les bus

Puis, nous bifurquons à droite, en direction de la place du 33e RI. Nous remarquons une rupture d’itinéraire qui pourrait être améliorée. Il en est de même au Pont de Cité.

On retrouve une place dans la circulation. Il nous semble qu’un élargissement de la chaussée ou une modification du circuit apporterait encore plus de sécurité à tous les usagers. Rue Pierre Bérégovoy et rue Alexis Halette, les voitures ont leur voie et les cyclistes sont sur des voies partagées avec les bus. Ces aménagements sont parmi les plus marquants du dispositif provisoire. Nous nous y sentons à l’aise en étant séparés du flux des véhicules.

Limitation à 30 km/h dans le centre-ville

Ces aménagements ont aussi pour objectif d’inciter les riverains à utiliser des modes de transports plus doux, moins polluants. Ils concernent toute la ville. Dans son centre, la vitesse est réduite à 30 km/h. Il serait intéressant de renforcer la signalisation pour faciliter aux automobilistes l’identification de cette règle.

Mobilité améliorée, rester vigilant

Cette balade urbaine nous a permis de ressentir que la mobilité des cyclistes dans Arras est améliorée. Nous avons remarqué que l’élargissement des bandes ainsi que la disponibilité des parkings à vélos facilitent l’usage du vélo. Il faut cependant rester vigilant en partageant la voirie avec les autres usagers, lors des changements de direction, en roulant sur des doubles voies ou encore lorsque les itinéraires cyclables s’interrompent. Être à vélo sur certains trottoirs ou dans les rues étroites n’est pas toujours très confortable, comme dans la rue du Général Barbot.

Nous avons apprécié la balade dans la belle ville d’Arras. Note à nos lecteurs : on peut s’y déplacer à vélo sous n’importe quelles conditions météorologiques, le mauvais temps que nous avons eu n’est pas une excuse ! Et pour rouler en meilleure sécurité, il ne faut pas oublier de bien s’équiper, surtout de mettre son casque.

Texte : Emma Pispisa et Radu Paraschiv.

Droits photo Ville d’Arras.

Des propositions d’aménagements permanents

La Communauté Urbaine d’Arras tire le bilan des aménagements temporaires. Elle a analysé les données de compteurs, installés sur certains d’entre eux, et les résultats du questionnaire qu’elle avait lancé pour recueillir les avis des différents usagers. En grande majorité, les cyclistes trouvent ces aménagements pertinents. 54% des répondants au questionnaire en sont satisfaits. 61% des personnes empruntent les tronçons aux heures pleines, c’est-à-dire qui correspondent aux déplacements domicile-travail. Des propositions d’aménagements permanents sont en train d’être finalisées. La Communauté Urbaine d’Arras a également présenté son plan vélo. Cette feuille de route en matière de politique cyclable pour les années à venir sera assortie d’un effort financier important en matière d’aménagements, d’équipements et de services en faveur de la mobilité active.

Droits photo Communauté Urbaine d'Arras