Les aménagements cyclables provisoires deviennent définitifs


Près de 11 km supplémentaires de réseau cyclable s’inscrivent désormais dans la durée. La Communauté Urbaine d’Arras avait expérimenté, au moment du déconfinement du printemps 2020, des aménagements marqués en jaune en faveur de la pratique du vélo. Elle entreprend de les pérenniser. 12 millions d’euros seront investis sur le mandat pour les modes doux.

Photo droits Communauté Urbaine d'Arras, Valérie Laforge

Pierre Ansart, vice-président, souligne le grand coup donné au développement des infrastructures cyclables sur le territoire de la Communauté Urbaine d’Arras : « En 2017, lorsque celle-ci a pris pleinement la compétence voirie, une enveloppe de 350 000 € seulement était dédiée aux modes doux. En 2021, ce sera près de 10 fois plus ! Chaque année, au moins deux millions d’euros seront consacrés à cette politique publique. Ce qui représentera au moins 12 millions d’euros sur le mandat. Et ce sans compter des subventions notamment de l’État et du Département, qui nous permettraient comme actuellement d’aller plus loin dans nos investissements. » Cet effort contribue à faciliter les mobilités de toutes les habitantes et de tous les habitants, une priorité portée par Françoise Rossignol, 1e vice-présidente.

Voies séparées et pistes élargies confirmées sur les boulevards

Les chantiers sont en cours pour pérenniser et même améliorer les aménagements cyclables, qui avaient été expérimentés à partir de juin 2020, en concertation avec les communes d’Arras et de sa couronne urbaine*. « L’un des plus importants vient de démarrer sur le rond-point de l’hôpital d’Arras, boulevard Besnier. La voie réservée aux cyclistes à l’intérieur du rond-point va disparaître pour être remplacée par une piste dédiée sur l’extérieur du rond-point, pour plus de sécurité », détaille Pierre Ansart.

Toujours à Arras, sur les boulevards Allende, De Gaulle et de la Liberté, des bordures sont installées pour séparer la voie cyclable de la circulation automobile. Boulevard Crespel, une bande cyclable est crée et sur les autres boulevards (Faidherbe, de Strasbourg, Carnot, Vauban), les bandes cyclistes qui avaient été matérialisée en janvier 2020 sont confirmées, et celles qui avaient été élargies au printemps 2020 le resteront. Marquées alors provisoirement en jaune, elles sont marquées en blanc. Avenue Michonneau, une piste cyclable va être créée en trottoir, le trottoir sera mis en accessibilité « personnes à mobilité réduite » et les places de stationnement élargies seront marquées sur la chaussée. Rues Bérégovoy, Ferry et Halette le marquage devient définitif, rue Delansorne le double sens cyclable est maintenu et Place des États d’Artois l’aménagement est pérennisé. Cours de Verdun, la piste bidirectionnelle est maintenue

Un autre aménagement d’importance, avenue du Maréchal Leclerc et sur le pont, est conservé par marquage en blanc, avec des améliorations pour la traversée des cyclistes

Amélioration de la sécurité

Didier Michel, élu en charge du Plan vélo, insiste sur l’amélioration de la sécurité de tous les usagers de la voirie, dont les piétons et les cyclistes qui sont les plus fragiles : « Tout le monde doit pouvoir prendre sa place dans l’espace public, quel que soit son mode de déplacement. Nous agissons pour un partage apaisé et en sécurité de la voirie. Il facilite notamment les mobilités actives. L’engouement pour les trajets domicile-travail à vélo est réel. Il a été mesuré par des compteurs implantés sur les aménagements provisoires. »

Outre ces données, une enquête a été menée auprès de tous les usagers, qu’ils soient piétons, cyclistes ou automobilistes, et des balades-tests ont été réalisées en début d’année. La pérennisation des aménagements cyclables issus du déconfinement a ainsi pris en compte les besoins et l’expertise des utilisateurs, dont celle de l’Adav Arras. Elle participe de près aux réflexions communautaires sur le déploiement des solutions de mobilité douce. « Nous nous appuyons également sur l’expertise du Cerema et nous regardons avec intérêt ce qui se pratique ailleurs. Il faut à la fois s’inspirer des bons exemples et trouver une solution adaptée à chaque ouvrage. Notre réflexion se poursuit pour traiter les points noirs, c’est-à-dire les ouvrages dont le franchissement est compliqué pour les cyclistes », indique Didier Michel.

Zones 30 étendues

Les zones 30 sont conservées à Arras et dans les communes de sa périphérie. Elles ont été matérialisées en peinture blanche. Chacun circule correctement en s’adaptant, dans le respect des autres usagers de la voirie. Les cyclistes empruntent la chaussée et, si la signalisation l’autorise, peuvent rouler à contresens. Les piétons circulent sur le trottoir. Les automobilistes quant à eux ne doivent pas dépasser la vitesse de 30 km/h, tout en restant vigilants vis-à-vis des piétons et cyclistes.

Désormais dans la ville d’Arras, la vitesse maximale de 50 km/h est autorisée uniquement sur les boulevards et les axes structurants. Karine Boissou, adjointe municipale et membre du Conseil communautaire, souligne les nombreux bénéfices de cette mesure : « La ville s’apaise, le bruit et la pollution de l’air diminuent, quand les véhicules à moteur roulent moins vite. Sans oublier une forte baisse de la gravité des accidents qui malheureusement peuvent toujours survenir. » La pédagogie et la sensibilisation sont privilégiées pour accompagner les changements de comportements des conducteurs. Pour encourager le « savoir-pédaler » des enfants, des circuits d’apprentissage sont disponibles à Arras et à Dainville, et d’autres sont en projet. Des objectifs partagés partagées avec Gauthier Osseland, adjoint à la ville d’Arras en charge des mobilités et du projet Master Plan, et conseiller communautaire.

Aménagements pérennisés dans la première couronne urbaine

La pérennisation des aménagements cyclables concerne également les communes autour d’Arras.

  • Achicourt : Rue des Planquettes, maintien des pictos vélos,
  • Beaurains : Rue Aristide Briand, pérennité du double sens cyclable,
  • Tilloy-les-Mofflaines : portion de la RD939 entre le garage Renault et le giratoire Lapeyre, création de voies mixtes bus/vélo,
  • Saint-Nicolas-lez-Arras : rue des 4 crics, pérennité des pictos blancs. Rue Anatole France, amélioration du déplacement des cyclistes depuis la rue Sembat vers le chemin de Halage par du marquage de pictos vélo et traversées cyclistes. Rue de la Forge au fer, pérenniser la traversée mixte vers la voie verte.

Outre la pérennisation des aménagements provisoires, les chantiers de voirie menés cette année par la Communauté Urbaine d’Arras sur son territoire intègrent des infrastructures cyclables.

 

* Achicourt, Anzin-Saint-Aubin, Beaurains, Dainville, Saint-Laurent-Blangy, Saint-Nicolas-lez-Arras, Sainte-Catherine et Tilloy-les-Mofflaines.