Le retour tant attendu du Di Dou Da Arras Festival


Les 18, 19 et 20 juin, de nombreux concerts auront lieu au Casino d’Arras pour le Di Dou Da Arras Festival. Cette édition, la 16ème bis, sera l’occasion de découvrir de nombreux artistes qui sauront vous surprendre.

Joseph Chedid (c) Hamza H. Djenat
Marion Roch (c) Chris Roy

Le Di Dou Da Arras Festival, soutenu par la Communité Urbaine d’Arras, est programmé cette année le week-end du 18, 19 et 20 juin. Les concerts sont gratuits. Initialement prévus à Cité nature, à la carrière Wellington et à la Citadelle, ils se dérouleront au Casino. Une chance pour Guillaume Defrance, le président de Di Dou Da : « La grande salle du Casino est spacieuse, elle permet d’accueillir plus de monde en raison de l’allégement des contraintes sanitaires. Au total, 377 places seront disponibles pour chaque concert, ce qui en réjouira plus d’un, car certains étaient déjà complets. De plus, le casino est plus confortable pour tout le monde, les artistes, les techniciens et le public bien sûr. » En outre, la météo annoncée très perturbée pour ce week-end aurait compliqué la tenue des concerts en extérieur.

Coups de cœur du président du festival

Pour celles et ceux qui souhaitent faire de belles découvertes à l’occasion du festival, Guillaume Defrance partage ses coups de cœurs : « Le vendredi, Boule et Sonia Rekis valent le détour. Boule écrit des chansons poétiques avec des paroles drôles… dans un humour parfois très décalé. C’est un bon moment garanti. Le samedi, le concert à ne pas louper est celui de Guilty Delight. » Ce groupe énergique, originaire d’Arras, mélange la soul et le blues. Il est habituellement composé de quatre musiciens. Ils joueront dans une forme inédite ce week-end, car ils seront accompagnés d’une myriade d’instrumentistes. Également ce samedi, à 15h, se produira un autre artiste arrageois : David Cranf qui sortira un album « double tour » ce même jour !

David Cranf, des rythmes éclectiques, des textures sonores, des textes intraitables et cruels sur la nature humaine. En concert samedi 19 à 15h. Droits photo Martin Chapdelaine

« Ma suggestion pour le dimanche est de se laisser surprendre par Ismaël Métis, un rappeur qui casse les codes ˵du rap de gangsters ˶. Il est accompagné d’une contrebasse, d’un clavier, de percussions et de la créativité de Malik Berki, mais le DJ ne reste pas loin ! » Une douzaine d’artistes en tout est à l’affiche de ces trois jours de concerts. Vous pouvez les retrouver sur le programme du festival. De plus, pour ceux qui le souhaitent, il est possible d’aller boire un verre aux terrasses des places entre deux concerts pendant les éclaircies.

Rendez-vous gratuits, dans la limite des places disponibles. Réservation obligatoire sur le site de l’Office de tourisme Arras Pays d’Artois (dans l’espace « boutique en ligne »).

Rendez-vous supplémentaire !

Projection d’un film délicieusement déjanté proposé par Plan-séquence Qui chante là-bas ? du réalisateur Slobodan Šijan :

Texte : Jeanne Degand

Visuel en page d’accueil droits Adobe Stock – Andrey Kiselev