La mobilité joue aussi l’aire du covoiturage


50 nouvelles places de covoiturage complètent l’offre de mobilité, diversifiée et de qualité, dont profitent les habitantes et les habitants de la Communauté Urbaine d’Arras.

D’année en année, la Communauté Urbaine d’Arras améliore la performance de son réseau de bus et facilite les déplacements actifs (à vélo, à pied). Dans le cadre de sa politique Mobilité, elle étoffe sa palette de solutions favorables aux déplacements alternatifs, en donnant un coup d’accélérateur au covoiturage.

Deux nouvelles aires de covoiturage, 50 places dédiées

En partenariat avec la Ville d’Arras et le Département du Pas-de-Calais dans le cadre de sa politique de développement du covoiturage, deux nouvelles aires dédiées à cette forme de mobilité viennent de voir le jour, à l’ouest d’Arras en haut de l’avenue Winston-Churchill. La première compte 20 places, sur le parking du dojo Hervé-Liénard. Pour la seconde, de 30 places, le partenariat a été étendu au groupe Ceetrus, filiale immobilière du groupe Auchan. L’aire occupe une partie du parking de la zone commerciale.

Droits photo Communauté Urbaine d'Arras, Valérie Laforge

Les nouvelles places dédiées à la pratique du covoiturage sont matérialisées. Le marquage en orange renforce leur identification. Une signalisation directionnelle et des totems, implantés de part et d’autre de l’avenue Churchill, signalent la présence des aires de stationnement. La participation financière de la Communauté Urbaine d’Arras à la réalisation de ces deux aires est limitée à 4 800 € TTC.

Droits photo Communauté Urbaine d'Arras, Valérie Laforge

Jean-Claude Leroy a inauguré l’aire de covoiturage Churchill aux côtés d’élus de la Communauté Urbaine d’Arras.

Intermodalité avec le réseau de bus

La Communauté Urbaine d’Arras encourage également l’intermodalité. En laissant sa voiture sur la seconde aire Churchill, les conducteurs peuvent ensuite emprunter l’arrêt de bus Churchill. Auparavant utilisé le week-end uniquement, il est désormais desservi en semaine, par la ligne 1 du réseau Artis. Avec un passage toutes les 15 minutes, cette ligne permet de se rendre en centre-ville, et de rejoindre la gare en 16 minutes.

D'autres aires de covoiturage en projet

En bordure de son territoire, la Communauté Urbaine d’Arras participe au projet d’aire de covoiturage de 60 places à Fresnes-les-Montauban, à proximité de l’autoroute A1 qu’utilisent évidemment ses habitants. Porté par la Sanef, l’investissement est de 492 500 €. La Communauté Urbaine d’Arras y contribue à hauteur de 48 250 €. Une réflexion est en cours sur un aménagement le long de la RD265 à Dainville (face à Monsieur Meuble).

La Communauté Urbaine d’Arras avait créé une aire de covoiturage de 12 places rue du Timon à Saint-Nicolas-lez-Arras, améliorant ainsi une pratique existante sur ce secteur. La Sanef a ouvert 50 autres places de covoiturage à Wancourt, à la sortie 15 de l’autoroute A1. Un prochain schéma de développement des aires de covoiturage et parkings relais sur le territoire de la Communauté Urbaine d’Arras permettra notamment de décliner localement la politique interdépartementale en matière de covoiturage.

Pour un covoiturage réussi

Être à plusieurs dans un même véhicule pour effectuer un trajet commun, plutôt que de prendre chacun seul sa voiture, est l’essence même du covoiturage. Cette pratique permet de limiter des dépenses en carburant, ou de se partager le volant sur de longs trajets. Si le conducteur du véhicule de covoiturage ne doit pas faire de bénéfices, il peut inclure des frais d’entretien ou d’assurance dans le calcul du coût du trajet, outre le coût du carburant et des péages, en général divisé par le nombre de personnes. En diminuant le nombre de véhicules sur les routes, le covoiturage profite à toute la collectivité, avec moins d’embouteillages et de pollution.

Pour bien covoiturer, dans le cadre d’une relation sécurisée, conducteurs et passagers peuvent s’organiser via la plateforme régionale Pass Pass covoiturage.