Euramétha : une pierre de plus vers la transition énergétique du Grand Arras


Ils ont manié la truelle pour la bonne cause. Tous sont fiers de poser cette 1ère pierre qui marque l’aboutissement d’un travail de longue haleine. Depuis 2017, la Communauté Urbaine d’Arras s’est mobilisée pour accueillir sur le territoire ce projet de technocentre de méthanisation. Euramétha sera en mesure, dès septembre 2023, de produire l’équivalent de la consommation de 2000 foyers, soit 6500 tonnes de gaz à effet de serre par an en moins. Mais ce centre a aussi vocation à être un pôle d’innovation, de recherche et de développement. Une vitrine de la méthanisation, et de ses bonnes pratiques.

Il répond aussi à l’ambitieux objectif des Hauts-de-France de devenir la première région d’injection de biométhane en Europe.

Le choix du site, une ancienne décharge sur la zone industrielle Est de Saint-Laurent-Blangy, est tout aussi symbolique.

Pour la Communauté Urbaine d’Arras, ce projet revêt une importance toute singulière, puisqu’il va lui permettre de contribuer à assurer son indépendance énergétique et la maîtrise du coup de l’énergie. Une préoccupation on ne peut plus d’actualité.

Le biogaz sera produit à partir de déchets (appelés intrants) locaux : à 80%, ils viennent de moins de 15km du site.

Ce projet, porté par 4 actionnaires : la Communauté Urbaine d’Arras, le SMAV, Engie et Véolia, ainsi que 2 financeurs publics : la Région des Hauts-de-France et l’ADEME, est un bel exemple de réussite du partenariat public- privé. Il a pu voir le jour grâce à l’implication de 2 acteurs essentiels : GRDF et le Corbi.

Il représente un investissement de 18 millions d’€ pour les 4 actionnaires, de 1,9 million d’euros pour l’ADEME et de 3,7 millions d’euros pour la Région Hauts-de-France.