Éco pâturage des espaces verts de la Citadelle


Des chèvres des fossés, des moutons et quelques ânes entretiennent les vastes espaces verts et naturels dont la Citadelle d’Arras dispose. Atouts pour le cadre de vie, ils sont appréciés des habitants, des visiteurs, des promeneurs et des sportifs. Pour en prendre encore mieux soin, la Communauté Urbaine d’Arras actualise son plan de gestion de ces espaces, approuvé en août 2018. Le recours à l’éco pâturage et aux prairies de fauche est étendu.

Pour entretenir des espaces verts, la méthode conventionnelle nécessite une main-d’œuvre importante pour passer souvent et régulièrement, avec des engins bruyants et polluants. Elle a pour résultat des espaces identiques et une monotonie aux lieux. Pas plus coûteuse, la gestion différenciée est au contraire adaptée aux caractéristiques et aux fonctions propres à chacun des espaces verts. Elle correspond donc parfaitement au site de la Citadelle, qu’elle contribue à valoriser.

L’éco pâturage a fait ses preuves

L’éco pâturage participe à la restauration écologique des milieux naturels. Il permet le développement de la faune et de la flore, en minimisant les impacts négatifs de l’intervention humaine sur l’environnement. Ce mode de gestion préserve la nature en milieu urbanisé. Il est déjà pratiqué à la Citadelle, depuis quelques années. Les animaux

  • Maintiennent une hauteur uniforme de la végétation en donnant au terrain l’aspect d’une prairie riche entretenue toute l’année,
  • Sont capables d’atteindre certains endroits compliqués pour les personnes, voire parviennent à des endroits inaccessibles ce qui permet tout de même leur entretien,
  • Débarrassent les maçonneries des ligneux (lierre, sureau, etc.) qui les détériorent, et participent ainsi à la conservation du patrimoine bâti,
  • Sont efficaces dans la lutte contre les espèces invasives, notamment la renouée du Japon présente sur l’emprise de la citadelle.

En outre, les promeneurs et les enfants prennent plaisir à voir les animaux et vivent un moment particulier lorsque le berger les déplace d’un secteur à un autre. La mise en œuvre de l’éco pâturage a été confiée à Cit’abeille, activité installée dans la Citadelle. Elle met sur le terrain ses boucs, ses chèvres des fossés, ses moutons et quelques ânes.

Passer de 2,1 à 3,3 hectares d’éco pâturage

Pour « étendre la gestion extensive » aux espaces verts de la Citadelle intra-muros, des zones supplémentaires escarpées ou éloignées des monuments seront mises au menu des animaux.

  • À ce jour, 20 870 m2, soit environ 2,1 hectares, gérés par éco pâturage
  • Objectif + 57%, soit une surface cumulée d’environ 3,3 hectares

Les abords immédiats des bâtiments historiques requièrent quant à eux un entretien courant. 15 460 € seront consacrés à l’augmentation de l’éco pâturage, compensés par la baisse du nombre de tontes, pour un coût total de cette pratique limité à 37 300 €. Des clôtures supplémentaires en ganivelle (barrières formées de lattes de bois assemblées avec du fil galvanisé) sont installées.

Laisser certaines zones en herbe se développer

Les prairies de fauche ont un excellent impact sur la biodiversité. Cette technique consiste à laisser se développer naturellement certaines zones en herbe et à procéder à une fauche annuelle, voire à deux fauches dans l’année en juillet et en octobre. Seuls les contours et les accès de ces espaces sont tondus régulièrement, pour ne pas entraver la circulation. Les promeneurs et les riverains constatent ainsi que l’entretien est bien maitrisé et qu’il s’agit d’un choix délibéré de gestion. Un bilan écologique et économique sera réalisé sur plusieurs années, afin d’évaluer la pertinence des évolutions et affiner l’expérience, notamment de la fauche tardive à l’intérieur des murs de la Citadelle.

Photos droits Communauté Urbaine d’Arras, Valérie Laforge.