Des soutiens qui comptent pour rénover et économiser l’énergie   Mise à jour récente !


Des aides financières et un accompagnement administratif efficace et gratuit sont possibles, pour les habitants du territoire qui souhaitent rénover un logement. Les projets reçoivent un soutien particulier à Arras dans le périmètre du programme Action cœur de ville. Un logement vacant a ainsi trouvé ses nouveaux propriétaires. Ils ont pu réaliser d’importants travaux, économes en énergie, après s’être tournés vers les services de la Ville et de la Communauté Urbaine d’Arras.

Améliorer son logement est plus facile qu’il n’y paraît, en étant bien accompagné. Les spécialistes de la Maison de l’habitat durable, service de la Communauté Urbaine d’Arras, et de la cellule opérationnelle Action cœur de ville, service de la Ville d’Arras, examinent le projet et le suivent de A à Z. Ils facilitent l’obtention des aides financières possibles, sous conditions. En faveur de la réhabilitation de l’habitat en centre-ville, une attention particulière est portée aux rues Saint-Aubert et Méaulens. Suzanne Pary a trouvé dans cette rue le logement qui correspondait à ses souhaits : « J’ai découvert la qualité de vie à Arras en étant précédemment venue habiter à Feuchy. Être en centre-ville, encore plus que je ne l’avais imaginé, me rapproche des associations auxquelles j’adhère. Les enfants sont encore petits, je leur apprends à se déplacer à pied et à vélo, ce sera simple ensuite pour eux d’aller au collège en autonomie. »

La maison trouvée au cours d’une seconde phase de recherche correspondait à son budget. « Les travaux ne m’effrayaient pas. C’était même un avantage, de pouvoir repartir de zéro pour que le logement soit à mon goût et que tout soit correct. » Son entourage lui a parlé des aides de l’Anah, ce qui l’a conduite à contacter la cellule opérationnelle Action cœur de ville. « Une personne de ce service est venue visiter la maison. Moins d’un mois après, j’ai eu entre les mains une première étude de faisabilité détaillée, en termes de travaux, assortie d’une estimation globale de leur coût et des subventions possibles, selon les conditions à remplir pour en bénéficier. Ce regard expert m’a convaincue et j’ai ensuite signé l’achat de la maison. »

Droits photo Communauté Urbaine d'Arras, V. Laforge

Bonne orientation vers les dispositifs d’aide adaptés

La maison qui a retenu l’attention de Suzanne Pary a été construite en 1820. Sa particularité est d’être étroite et tout en longueur. Elle compte trois niveaux, auxquels s’ajoutent les combles et une cave voûtée. Sa précédente occupante, décédée, n’avait pas entrepris de rénovation et l’habitation est restée inoccupée plus d’un an. Très dégradée, elle souffrait de nombreux désordres : une cheminée qui penchait, des éléments de couverture en amiante, une pièce de charpente à remplacer, des fenêtres en simple vitrage, une absence de ventilation, une chaudière hors d’usage, des fils électriques dangereux ou encore le tout-à-l’égout non conforme… « La liste des travaux était longue. J’avais prévu une enveloppe personnelle pour les mener, elle était bien insuffisante. C’était sans compter sur la bonne orientation de mon dossier par les services de la Ville et de la Communauté Urbaine d’Arras vers les dispositifs d’aide adaptés. J’ai ainsi évité l’offre d’isolation des combles pour 1€, car elle m’aurait empêchée d’accéder à d’autres financements plus intéressants. »

D’une étiquette énergie E à une étiquette B après travaux

Le coût de la rénovation du logement équivaut à 80% de son prix d’achat. Elle a été subventionnée à une hauteur exceptionnelle de 74%. Le financement le plus important a été attribué par l’Anah, via la Communauté Urbaine d’Arras qui a apporté elle-même deux subventions, en raison de la localisation de l’habitation en secteur prioritaire et du haut niveau de performance thermique recherché. Les autres contributions proviennent d’Action logement, de la Ville d’Arras et de la Région. Résultat de l’opération : la consommation d’énergie est divisée par plus de quatre et la facture annuelle d’énergie par presque deux. D’une étiquette énergie E, la maison est passée à une étiquette B après travaux, ce qui signifie que le logement est devenu très économe en énergie.

« Je n’avais pas prévu de refaire autant de choses et d’aller aussi loin dans l’isolation. La rénovation est complète grâce aux subventions », insiste Suzanne Pary. Elle a en plus rénové sa façade, ce qu’elle n’avait pas non plus prévu, et de nouveau elle a été accompagnée sur cet aspect.

Carte de l’Opération programmée d’amélioration de l’habitat – renouvellement urbain (dite opération de revitalisation du territoire) Action Cœur de Ville. Dans celle-ci se trouvent également les périmètres de l’aide communale à la rénovation des façades et l’aide de la Fondation du Patrimoine. [Cliquer sur l'image pour télécharger]

Dans le secteur historique du centre-ville, l’avis de l’architecte des bâtiments de France est incontournable. « Cette démarche particulière a vite avancé car la Ville s’en est occupé. D’ailleurs, c’est tout mon projet qui a été suivi de près par les agents des services de la commune et de la Communauté Urbaine. Ils ont toujours été disponibles et réactifs. J’ai ainsi pu emménager dans ma nouvelle maison rénovée, dans les délais que je m’étais fixés », apprécie Suzanne Pary.

En pratique : les contacts utiles

Au service des habitantes et des habitants, et de leurs projets de rénovation du logement (que ce soit pour l’occuper ou le louer), les accompagnements efficaces de la Communauté Urbaine d’Arras et de la Ville d’Arras sont gratuits, neutres et indépendants. Sans rien à vous vendre, ces services publics pour l’amélioration de votre confort de vie en économisant l’énergie vous conseillent et vous guident, vous expliquent les travaux à mener et décryptent avec vous les devis des entreprises qui accompliront votre chantier. Vous pouvez également les consulter si vous avez pour projet d’adapter votre logement aux difficultés liées au vieillissement.

Droits photo Ville d'Arras, M. Dumoulin