Des jeunes en service civique à la rencontre des personnes âgées isolées


Nos habitantes et habitants âgés, vivant seuls chez eux dans les communes du territoire, auront peut-être le plaisir de recevoir des visites de jeunes en service civique. L’initiative est coordonnée par le service cohésion sociale de la Communauté Urbaine d’Arras.

Pour contribuer à rompre l’isolement des personnes âgées dans la Communauté Urbaine d’Arras, des jeunes en service civique iront, en duo, rendre des visites de convivialité aux habitantes et habitants participants pour discuter et partager de bons moments.

16 communes sont volontaires pour tester cette initiative :

  • Achicourt
  • Anzin-Saint-Aubin
  • Athies
  • Beaumetz-les-Loges
  • Beaurains
  • Boiry-Becquerelle
  • Boiry-Saint-Martin
  • Dainville
  • Fampoux
  • Farbus
  • Hénin-Sur-Cojeul
  • Héninel
  • Rivière
  • Rœux
  • Saint-Martin-sur-Cojeul
  • Wancourt

Chaque commune aura repéré les personnes intéressées pour recevoir les jeunes. Elle assurera leur accueil. Les jeunes en service civique sont recrutés. Ils sont cinq, âgés entre 19 et 23 ans : Alexandre, Armand, Lucie, Mandy et Océane. Ils sont formés à leurs missions et au respect des gestes barrières. Ils seront munis d’un courrier officiel d’autorisation, pour éviter tout risque d’abus par des fraudeurs. En outre, les personnes âgées seront prévenues par la mairie de leur domicile.

Les jeunes ont signé leur contrat d'engagement en présence de maires des communes participantes à l'expérimentation. Droits photo Communauté Urbaine d'Arras, Valérie Laforge.

L’expérience pourrait être étendue

L’expérience, prévue à partir de ce mois de décembre jusqu’à l’été prochain, est financée par l’État et la Mission locale. Elle est coordonnée par le service cohésion sociale de la Communauté Urbaine d’Arras. Elle devrait permettre de toucher environ 80 personnes en tout.

Si elle fait la preuve de son utilité, elle pourrait ensuite être étendue afin de répondre à l’ensemble des besoins de rompre l’isolement des aînés dans les communes du territoire communautaire. D’autres communes ont déjà mis en place des actions auprès des aînés isolés, via leurs centres sociaux ou leur centre communal d’action sociale.