Les Nuits des bassins, deux soirées traversées d’images projetées


Les « Nuits des bassins » au soir des 14 et 15 septembre transformeront en images contemporaines les Jardins du Val de Scarpe et de Cité Nature. Gratuit et pour tous !

Les projections d’images contemporaines imprègneront les bassins du Val de Scarpe, les bâtiments et les jardins de Cité Nature. Pour leur 4e édition, les Nuits des bassins réunissent à nouveau des artistes du digital, de la vidéo et du son pour vous faire vivre une expérience sensorielle étonnante. Chacun peut venir simplement s’y balader une petite heure ou se laisser envoûter et y passer la soirée.

Une douzaine d’artistes proposeront leurs installations, dont la plupart créées spécialement pour le lieu dans le cadre de résidences. À l’instar d’une pièce futuriste de Esteban Fernandez (Valenciennes), qui revient cette année pour investir cette fois l’immense hangar de brique derrière Cité Nature, avec Philippe Asselin (performance sonore), Tristan Alexandre (vidéo) et Sophie Lepoutre (lumière). Leur déambulation dans un couloir de jeux de miroirs sera accompagnée d’une composition électronique jusqu’à la cabane d’un chaman du futur. À l’extérieur côté parking, le haut mur du hangar sera le grand écran de Stabil, projection interactive d’intensités visuelles et sonores, imaginée par le graphiste Jean-Philippe Loridan (Lille/Tournai) avec l’artiste connecteur du Meuh Lab Thierry Mbaye (Lille).

Sur une tête géante

Le graphiste et motion designer Emmanuel Kowandy (Lille) a conçu en résidence Luminance, une pièce sur l’eau des bassins du Val de Scarpe qui démultiplie l’image sur de petits écrans. Réussirez-vous à attraper ce personnage ? Il se déplace sur cinq écrans, dans les jardins de Cité Nature, avec l’amusant et troublant Where goes bunny after love… conçu par Charles Desoubry (Tournai).

L’Arrageois Claude D réinterprète le principe du mapping, qui consiste à se servir d’un bâtiment comme d’un écran, pour l’appliquer sur une tête géante issue d’une exposition de Cité Nature sur le corps humain. Vous pourrez aussi plonger dans les reflets d’Iris par LN Guilbert (Tournai) et vous laisser prendre par votre propre image, renvoyée par les miroirs déformants installés sur la passerelle des bassins, par la sound designeuse Géraldine Kwick (Lille).

Douche et anaglyphes

Les Nuits des bassins s’affranchissent des frontières entre les pays. Outre l’euro-région lilloise et wallonne, elles ont tissé des liens forts avec le Portugal. Fernado Galrito (Lisbonne), directeur du festival international du film d’animation Monstra et professeur à l’école supérieure d’art et de design de Caldas da Raihna, étonnera à nouveau par sa créativité et son approche de l’animation dans l’espace, avec les installations Aquarium + Douche.

Pour la première fois cette année, Susi Wilkinson, professeure au prestigieux London college of communication proposera un programme expérimental d’animations et de sons interactifs et une installation vidéo animation montrera les projets diplômants des étudiants de l’Université of art London. Prenez aussi plaisir à vous laisser surprendre par des feux d’artifice impromptus et embarquer par les interventions scénographiques du collectif AdH. Le cinéma n’est pas oublié, avec la projection de une Partie de campagne, petit bijou de Jean Renoir offert par Plan-Séquence (Arras Film Festival). Au Miniparadisio, le plus petit cinéma du monde en version foraine, vous pourrez chausser des lunettes spéciales pour voir des animations en anaglyphes, un procédé inventé au milieu du XIXe siècle et précurseur de la 3D.

Le Mini Paradisio, plus petit cinéma du monde !

Vous pourrez rencontrer les artistes autour de la buvette et du food truck gastronomique le Chef gourmet, sous la forme d’une place de village sur le parking derrière Cité Nature.

Soutenues par la Communauté Urbaine d’Arras, les Nuits des bassins sont proposées par les Ateliers de la Halle de l’artiste-plasticien Luc Brévart.

Val de Scarpe et Cité Nature, boulevard Schuman à Arras. Les 14 et 15 septembre, de 20h à minuit. Gratuit, pour tout public. Nombreux stationnements alentour.

Photos (c) Mc VTX

À voir également, le film « Vauban, la paix des étoiles » samedi 15, en projection monumentale sur le mur du bâtiment l’Arsenal de la Citadelle d’Arras, au cours de la soirée qui célèbrera les 10 ans de son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.