Nouveau réseau de chaleur

La Communauté Urbaine s’engage dans la transition énergétique, en misant sur les énergies renouvelables et ce afin de respecter notre environnement et d’améliorer notre cadre de vie. Depuis le 1er Juillet 2015 la Communauté Urbaine a confié à la société Dalkia un nouveau contrat de délégation de service public de distribution de chaleur. La mise en place d’une chaufferie bois et l’extension du réseau de chaleur concerneront 77 abonnés dont : Le Centre Hospitalier d’Arras, la Clinique des Bonnettes, le siège de la Communauté Urbaine d’Arras, certains logements de Pas-de-Calais Habitat, la piscine Daullé, et les crèches et écoles de la ville d’Arras. La Communauté Urbaine dispose de deux réseaux de chaleur : Le réseau Saint-Pol (Arras ouest) et le réseau Atria (Centre européen des affaires). Les travaux ont débuté le 15 juillet et s’achèveront le 28 Août.

Le réseau de Chaleur : un principe simple 

Il s’agit d’un réseau enterré dans lequel des canalisations transportent de l’eau chaude à travers l’agglomération jusqu’aux bâtiments concernés. Le réseau de chauffage fonctionne en circuit fermé et est alimenté par une ou plusieurs centrale(s) de production. Il est constitué d’une double canalisation (un circuit «  aller » et « retour ») qui chemine sous les chaussées. La centrale produit l’énergie nécessaire au réchauffement de l’eau qui circule dans les canalisations. Les travaux consistent dans le développement du réseau vers la citadelle, le centre-ville et vers l’Atria pour ne faire d’un seul réseau communautaire, soit une extension de 10 km de réseau enterré qui portera à 20 km au total. La construction d’une chaufferie au bois comprenant 3 chaudières à haut rendement sera implantée à Dainville à l’arrière de la zone commerciale de Dainville.

Les avantages d’un réseau de chaleur

Un mode de chauffage soucieux de l’environnement qui permet une réduction importante des rejets dans l’atmosphère. La nouvelle chaufferie au bois permettra de réduire de moitié les gaz à effets de serre sur l’agglomération, soit 10000 tonnes de Co2 en moins, ce qui équivaut à 4166 véhicules parcourant 20000 km/an et rejetant 120g de Co2 par Kilomètre. On peut ajouter à cela une suppression des bruits et des odeurs de combustion ; un apport de chaleur en continu et une solution économique puisque les réseaux urbains économisent l’énergie en substituant à des milliers de chauffages individuels une production « industrielle » moderne et fiable.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

AGENDA DES COMMUNES

 


 

 

À L'AFFICHE