Aménagements cyclables, l’espace public limité est mieux partagé   Mise à jour récente !


Engagée dans la transition écologique, la Communauté Urbaine d’Arras développe depuis plusieurs années la culture de la mobilité active. Un marquage jaune provisoire de bandes cyclables, de zones 30 et de zones 20, permet d’expérimenter le renforcement de ces aménagements.

Tout le monde doit pouvoir prendre sa place dans l’espace public, quel que soit son mode de déplacement. La marche et le vélo ont trouvé un nouvel engouement. En concertation avec la Ville d’Arras et les communes de la couronne urbaine, la Communauté Urbaine d’Arras a souhaité conforter les aménagements existants et en tester de nouveaux, pour faciliter les mobilités actives, et le partage apaisé et en sécurité de la voirie. Au titre de la mobilité et de la voirie communautaire, elle a mis en place une signalisation temporaire.

À Arras, à l’intérieur des boulevards et dans le respect de la réglementation, les cyclistes sont plus à l’aise en disposant d’un couloir de circulation élargi, tout en préservant pour les véhicules motorisés deux voies d’une largeur minimum de 2,50 mètres, suffisante pour rouler à 50km/h.

Droits photo Communauté Urbaine d'Arras

Chacun circule correctement en s’adaptant, dans le respect des autres usagers de la voirie. La circulation s’apaise également dans le cadre du nouveau plan mobilité de la Ville. De nouvelles « zones 30 » temporaires, où la vitesse est limitée à 30 km/h, ont été instaurées. À ne pas confondre avec les zones de rencontre. Dans ces dernières, la vitesse est limitée à 20 km/h et les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée. Ils y ont la priorité sur les véhicules.

Des voies partagées par les bus et les vélos sont testées, ici boulevard Crespel devant le lycée et à proximité d'autres établissements scolaires. Photo droits Communauté Urbaine d'Arras

Aménagements de même dans les communes de la couronne urbaine

Des aménagements sont de même réalisés dans les huit communes de la couronne urbaine autour d’Arras. À Achicourt, Anzin-Saint-Aubin, Beaurains, Dainville, Saint-Laurent-Blangy, Saint-Nicolas-lez-Arras, Sainte-Catherine, et Tilloy-les-Mofflaines, des marquages temporaires sont réalisés sur certaines voies.

20 racks à vélos ont été installés dans plusieurs communes (Anzin-Saint-Aubin, Arras, Beauraing, Dainville et Saint-Laurent-Blangy), 250 panneaux ont été posés pour renforcer la visibilité des zones 20 et 30, ainsi que des nouvelles voies cyclables.

Expérience jusqu’à fin septembre

L’expérience est menée jusqu’à fin septembre, en coordination avec le Département, l’association Droit au vélo et les communes limitrophes d’Arras. À cette occasion, les vitesses de circulation ont été harmonisées, notamment lorsque sur une même route, seul le panneau d’entrée de commune signifiait une vitesse modifiée. Les enseignements qui en seront tirés aideront les élus à décider de pérenniser ou non ces aménagements, ou de les améliorer…

Il est devenu plus facile de franchir à vélo le faisceau de voies ferrées en passant par le pont du Maréchal Leclerc à Arras. Photo droits Communauté Urbaine d'Arras

Tisser un réseau cyclable complet

Dans le même esprit, la Communauté Urbaine d’Arras élabore un schéma directeur modes doux. Ce document prévoit de tisser un réseau cyclable complet pour favoriser la pratique, souhaitée par un nombre toujours plus grand d’habitants. Ce document prévoit de tisser un réseau complet. Tout d’abord, des axes principaux ont été identifiés. Depuis les limites du territoire de la Communauté Urbaine d’Arras, ils convergent vers son centre urbain et les zones d’emploi. Puis, en couronne périphérique à ce point central, des axes secondaires relieront les communes entre elles. Des propositions d’axes seront formulées d’ici l’automne. Enfin, en complément, des liaisons favoriseront les pratiques touristiques et sportives, notamment par un meilleur accès à des lieux d’intérêt. Elles seront identifiées en fin d’année. Le revêtement des voies sera adapté aux différents usages, comme les trajets domicile-travail qui doivent se faire en évitant de se salir par temps humide. À terme et dans le cadre d’un programme d’investissement sur plusieurs années, il sera possible de se déplacer de tout point du territoire à un autre en restant sur des axes dédiés au déplacement actif.

Maillage adapté aux habitudes et besoins cyclables

Prenant en compte le Plan de déplacements urbains et le Schéma de cohérence territoriale de l’Arrageois (Scota), le schéma modes doux sera à la base de chaque futur chantier de voirie. Objectif : mieux la partager en intégrant les déplacements actifs de façon systématique. Assurer la continuité des parcours sera une priorité, en raccrochant les voies entre lesquelles des chaînons manquent. Cette action sera principalement réalisée dans le centre urbain du territoire.

Ailleurs, là où l’espace est suffisant et dès que l’occasion se présentera, la Communauté Urbaine d’Arras réalisera des pistes séparées des flux automobiles. Tel est le cas de la nouvelle liaison Gavrelle / Actiparc, tel sera le cas de la rue Curie à Beaurains actuellement en chantier. Les itinéraires seront concertés avec chacune des municipalités, pour que le maillage soit le plus adapté aux habitudes et besoins cyclables de leurs habitants. L’expérience des utilisateurs du service V’électric (location longue durée de vélos à assistance électrique) ainsi que les propositions de l’association Droit au vélo sont prises en compte. Le Département, qui apporte des financements dans le cadre de sa politique cyclable, est associé au schéma modes doux, ainsi que l’Office de tourisme.

Autre nouveauté testée, un double sens cyclable le long du cours de Verdun à Arras. Droits photo Communauté Urbaine d'Arras